Nous sommes effondrés par ce qui s'est passé aux locaux de nos confrères et amis de Charlie-Hebdo hier. Comme toute la France, nous avons les yeux rivés aux sites d'informations et suivons tout cela derrière un rideau de larmes. Larmes motivées par le souvenir de tous ces chouettes copains, qui il n'y a pas si longtemps égayaient la grande table de la rédaction du Psikopat, chaque mois lors de grands bouclages joyeux et avinés. Charb, Tignous, Cabu, Wolinski, Honoré, ainsi que tous les autres tombés par la voie du fanatisme, si on vous avait dit que vous seriez les victimes d'une guerre de religion au XXIe siècle, si on vous avait annoncé qu'aujourd'hui, la France entière observerait une minute de silence en votre honneur, que les drapeaux de toutes les administrations se retrouveraient en berne, que Notre-Dame sonnerait le glas pour vous, vous vous seriez bien marrés. Putain...

Je suis désolée de ne pas pouvoir vous offrir autre chose qu'un petit dessin symbolique un peu trop gentillet. Mais il va falloir que les émotions passent un peu, que nous digérions tout cela, pour en rire, peut-être, un jour... Nous pensons également très fort à nos collègues et amis survivants qui ont été pris dans cette tornade de violence et à qui il faudra beaucoup de travail et de ténacité pour s'en remettre. Coco, on t'aime !

Mélaka